L'écriture en folie

Dans le cadre du 400ième anniversaire de naissance de MOLIÈRE, né le 15 janvier 1622,

voici un exercice d'Écriture en folie

proposé par Gaëlle Lavisse - le 14 janvier 1922 sur le thème de la Saint Valentin


Amour exquis écrit en binôme


Consignes


Mots obligatoires - Citations de Molière - flèche - cupidon - cadavre

Difficulté supplémentaire - Choisir un ou plusieurs de ses personnages et les inclure dans votre texte

Titre : Donnez un titre à votre texte

Thème : Texte libre

Longueur du texte : Maximum de 500 mots en l'honneur de MOLIÈRE qui a bien su nous faire rire et cela depuis des siècles

Bonne réalisation et bon exercice de création

Le vieillard avaricieux - (Théâtre à la manière de Molière et largement inspiré de « L’amour médecin »)

Personnages :

Sganarelle, père de Lucinde

Clitandre, amoureux de Lucinde

Lucinde


Acte I, scène I : Sganarelle, ayant appris le projet de mariage de sa fille avec Clitandre, refuse pour ne pas avoir à débourser la dot de sa fille.

Sganarelle

Ma fille, il n’est point temps de prendre pour mari

Ce jeune écervelé que vous me présentâmes

Votre dot conservée par mes soins et mon âme

Peut bien attendre encore un nouveau favori.

Lucinde

Mon père, j’aime Clitandre et ne peux accepter

D’en épouser un autre pour une histoire d’argent

Je suis votre seule fille et n‘ai comme argument

Que je mourrais d’amour si vous le refusez.

Acte I, scène II : Lucinde explique à Clitandre qu’elle va faire semblant de tomber malade et de presque mourir. Clitandre se fera passer pour médecin et viendra la soigner.

Lucinde

Mon doux, mon cher Clitandre, je sais ce qu’il faut faire,

Me faire croire malade, d’une maladie de cœur

Tu viendras me soigner, feras notre bonheur

Mon père s’obligera à tout te satisfaire.

Clitandre

« Le chemin est bien long du projet à la chose » (Tartuffe Acte III, Scène I)

Voilà un vilain jeu qui ne me réjouit guère,

Cependant, il le faut, afin que votre père

Accepte Cupidon qu’à vos pieds je dépose.

Acte II, scène I : Sganarelle, voyant Lucinde sur le point de mourir consent enfin à ouvrir les cordons de sa bourse et à faire venir un médecin.

Clitandre

« L’argent dans une bourse entre agréablement » (L’étourdi Acte I, scène VI)

Et n’en sort point souvent, il faut pourtant fournir

Quelques louis pour Lucinde afin de la guérir

Faire l’achat de potions et de médicaments.

Sganarelle (à part)

Ce médecin, ce Clitandre n’est pas comme ses pairs

Médecins qui s’agitent et comme flèche défilent

« Leur esprit est méchant et leur âme fragile » (L’école des femmes Acte V, scène 4)

Celui-là est bien autre, n’a rien d’autoritaire.

Acte II, scène II

Lucinde

« En peu de temps parfois, on fait bien du chemin » (L’étourdi, Acte II, scène III)

Clitandre m’a guérie du mal qui me rongeait

Je ne peux désormais n’avoir d’autre projet

Que d’unir nos deux vies sur un doux parchemin.

Sganarelle

Clitandre médecin de l’amour et du cœur

Ma fille, je t’ai cru morte et mon cœur de vieillard

A tremblé à l’idée de voir un corbillard

Emporter ton cadavre comme un sombre vainqueur.

Clitandre (resté caché jusque là, s’incline devant Sganarelle et prend les mains de Lucinde)

« Aimons-nous ardemment, faisons pour être heureux » (Monsieur de Pourceaugnac, ouverture)

De chaque jour une fête, de chaque nuit un rêve

Votre père est changé. Cette histoire s’achève

Et réjouissons-nous de ce bonheur à deux.

Isabelle Giraudot - retraitée de l’enseignement - Plogoff (département du Finistère) - France - le 1er février 2022

********