Être grand-parent

Pour l’amour de mes Grands-Parents

Là-bas, sous un ciel qui ne devient jamais bleu,

Face au soleil qui ne brûle que trop peu souvent,

Sur des sols de cendres noires au temps frileux,

Je les ai retrouvés sans qu’ils ne m’aient vu enfant.

J’ai vu leur silence et eux, mon absence,

Pourtant, ils sont ma chair et je suis leur essence,

Un garçon d’argile où je n’ai été qu’un agneau

D’une jeunesse donnée aux vents automnaux.

Doucement, je les ai suivis allant deux par deux

Dans le silence d’un pas et la mémoire des cieux

Où l’hiver meurtri réconforte les amoureux

Entre une gelée de pire et une douceur de mieux.

J’ai vu leur silence et eux, mon absence,

Pourtant, ils sont ma chair et je suis leur essence,

Un garçon d’argile où je n’ai été qu’un agneau

D’une jeunesse donnée aux vents automnaux.

Pour un père renvoyé au salut du Bon Dieu

Devant l’amour qu’ils me donnent et que je leur rends

Je reste un enfant tendrement blotti auprès d’eux

Me rappelant chaque jour qu’ils sont mes grands-parents.

Michaël Blauwart - écrivain - journaliste - poète - Premier Prix Littéraire pour ses écrits sur la langue de Molière (octobre 2021) et la Médaille d'étain remise par la Société des Arts et Lettres à Paris pour l'ensemble de sa carrière (septembre 2021) - Bazas - petite commune de Gironde - France - le 09 décembre 2021

********

Relations Parents-enfants

«L’amour est la capacité et la volonté de laisser ceux pour qui on a de l’affection être ce qu’ils choisissent d’être sans exiger que leur comportement nous donne satisfaction». Wayne Dyer

En ce qui me concerne le cordon ombilical d’avec mes enfants a été coupé dès qu’ils sont devenus majeurs et quand ils ont quitté la maison. La séparation n’a pas été douloureuse. J’ai agi de la même manière que ma mère l’avait fait pour moi. Je les ai laissés voler de leurs propres ailes sans jamais intervenir dans leur couple ou dans l’éducation de leurs enfants, sans jamais leur dire quoi faire, sans les critiquer, sans jamais leur donner de conseils. Je les voulais libres comme l’air.

J’ai accepté comme allant de soi que mes enfants et moi soyons des personnes distinctes. Chacun, avec ses qualités, développant ses propres aptitudes afin d’aller au bout de lui-même là où il s’épanouirait même si ça ne ressemblait en rien à ce que j’avais imaginé. Face à mes enfants, il n’y a aucune contrainte de ma part, ni d’obligation, ils peuvent me téléphoner, m’envoyer des courriels, venir me voir, m’inviter ou pas, ma porte est toujours ouverte et quoi qu’il en soit, rien ne m’empêchera de les aimer. Mon amour pour eux est une source intarissable.

Une chose est primordiale pour moi, c’est qu’il y ait toujours de l’harmonie dans nos relations. Je cherche plus leur confiance et leur respect que leur amitié. Je suis une mère avec deux filles et un fils, donc deux générations différentes. J’aime me retrouver avec mes enfants et mes petits-enfants. Ils font partie de ma vie mais j’ai aussi une vie à moi qui m’apporte beaucoup de plaisir et de bonheur.

À l’instar des autres mamans partout dans le monde, je n’avais pas de mode d’emploi mais je peux affirmer que j’ai fait de mon mieux. Je sais pertinemment qu’aucune mère ne correspond jamais totalement à l’idée que se fait un enfant de la mère parfaite.


Lorraine Charbonneau – retraitée de la Fonction publique fédérale – résidente du Marronnier à Laval, Québec – le 2 juin 2021

********

À Elsie - née le 17 février 2021


Elle si attendue

Elle si bienvenue

Elle si précieuse

Elle si indispensable

Un nouveau-né nous sourit

Une belle promesse de vie

Un espoir qui ravit

Celui qui vieillit

Une lumière dans ses yeux

Pour celui qui est vieux

Un destin radieux

Vers un monde merveilleux

Elle trace le chemin

Vers un nouveau destin

Un passage vers demain

Vers un espoir lointain

La mort n’est pas la fin

Mais un autre matin

Sans trop de chagrin

Donnons-lui la main

Je suis ton grand-père

Celui qui espère

Peut-être un repère

Sur cette belle terre.

Claude Pelletier de l'Alliance Culturelle - retraité - Ahuntsic - Montréal - Québec - le 29 mai 2021

********

Souvenirs d’enfance


Un grand-parent c’est…

Une main usée qui nous caresse doucement

Un livre d’histoires nous captivant des heures durant

Mille et un jeux, sans cesse réinventés.

Un grand-parent c’est…

Une vieille musique qui résonne dans ma tête

Les meilleurs bonbons que l’on ne trouve pas ailleurs

L’émerveillement retrouvé dans un simple sourire.

Un grand-parent c’est…

La sagesse à découvrir au bout de ma route

La plus belle fleur séchée de mon jardin d’enfance

Une photo jaunie dans mon premier album.

Un grand-parent c’est tout ça…

Mais c’est surtout le plus beau trésor

Qu’on gardera toujours

Dans notre petit cœur d’enfant.

Céline Anctil – retraitée de la fonction publique – Gatineau - Québec – 5 mai 2021

********