L'amour

Lettre d'amour à mon chien décédé

Mon bel amour, ma Fay-fille adorée, à mon avis tu m'as quittée trop tôt, je sais tu avais douze ans, tu étais tellement en forme que je croyais t'avoir à mes côtés encore quelques années.

Je me souviens encore du jour où je me suis rendue au refuge. Nous avions deux chiens. Nous en voulions un troisième et désirions un plus gros chien, mais en passant devant ta cage, tu as attiré mon attention. Je suis quand même allée voir les autres chiens, mais tu as encore attiré mon attention. C'est toi qui m'as choisie et je n'ai pu résister.

Tu avais un an et tu étais abandonnée par une famille qui manquait de temps. Tu as été une chienne adorable, que de bonheur tu nous as donné et de consolation dans les temps difficiles. Je t'avais donné comme surnom « foufoune ». Lorsque tu marchais, ton petit popotin semblait danser.

Lorsque ton papa est décédé trop tôt lui aussi, avec ta petite sœur Mini-Fée, tu as été ma consolation dans cette épreuve. Comme c'est étrange, ton papa est décédé un 18 avril d'une maladie orpheline du système immunitaire et toi un 18 octobre aussi d'une maladie du système immunitaire. Peut-être est-il venu te chercher, car tu lui manquais trop.

J'ai eu plusieurs chiens au cours de mon existence, ils sont restés avec moi jusqu'à leur fin de vie.Je les ai tous aimés, mais tu as été ma préférée. Il me reste ta petite sœur qui m'aide de son amour. Ma « Foufoune » tu as pris tes ailes trop tôt, mais tu restes dans mon cœur à jamais. Ta maman qui t'aime.

©Claudine Roy - Sorel-Tracy - le 2 mars 2022 - Texte du 4ième Festival des lettres d'amour Mon animal et moi

Voir dans le thème Photos et dessins- onglet - animaux et oiseaux, le dessin de Fay-Fille Clo 2018

********

Imperméabilité

Cela prend de l’habilité pour prononcer ce mot-là. Être perméable à l’amour cela prend une autre habilité, laquelle ne nous est pas enseignée. Mais nous portons tous en nous des maux qui nous imperméabilisent à l’amour.


Comment retirer ce ciré, ce tissu de mensonges, cette membrane qui nous sépare de l’amour et surtout de l’amour inconditionnel? Vous savez celle du type : ils m’aiment pour rien, je n'ai même rien fait, celle où l’on peut même arriver à se sentir comme un imposteur. Pour certains, il sera plus facile de déposer un chèque qui ne leur est même pas adressé personnellement dans leurs comptes bancaires, et ceci sans ressentir aucune culpabilité. Ah! mais d’accepter de déposer une somme d’amour dans leurs comptes de banque d’amour, c’est une autre histoire...


Mais pourquoi donc, cette difficulté de recevoir de l’amour ? Cela vient peut-être de cette phrase célèbre : «Je ne suis pas digne de te recevoir»? Mais qui est cet individu sur terre qui n’est pas digne de recevoir de l’amour? Pourtant la plupart des bébés reçoivent de l’amour, pourquoi un jour on se dit : ça va faire l’amour, donne-moi donc autre chose, puis en passant amène-moi donc une bière du frigide-air.


Pourquoi tenter de remplacer l’amour par de l’argent, ou par des possessions; pourquoi accepter des inhibiteurs d’amour sur plusieurs formes, ces inhibiteurs légalement vendus et fortement aussi taxés par nos fortunés gouvernements. Ces mêmes gouvernements veulent notre bien, et nos biens. Pensez-y bien, si on ne s’aime pas, on fait quoi ? Un peuple qui ne pense pas, dépense, et paie des taxes.


Revenons à l’eau, la source de vie. Vous avez déjà été frappés par une grosse averse lors d’une chaude journée estivale? Une ondée d’eau vous inonde en trombe, vous vous retrouvez totalement trempés. À ce moment, vous vous dites : ah et puis merde…et soudainement vous ressentez la chaleur de l’eau qui caresse chaque partie de votre corps. La pluie fait soudainement partie de vous; votre corps qui est lui-même composé d’eau, et nous l’oublions. L’eau c’est la vie; notre quête sur terre est d’y venir y vivre l’amour de manière idyllique, et non la lourdeur, et la densité, et de nos acquisitions par lesquelles on se représente dans la société.


En cette journée de la fête des mères et de la mienne, imaginez-vous être une fleur radieuse, et pour qu’une fleur soit à son apogée, on doit quelques fois l’arroser, car la rosée matinale ne suffit pas toujours à son épanouissement.


Marcel Boyer - massothérapeute - emotionreset.com - Montérégie - Québec - le 9 avril 2022

********

Amour et affection…

Ah! Ah!


Peut-on affectionner une personne? Selon la langue française, oui. Mais alors comment différencier affection et amour envers une autre personne, ou même plusieurs personnes? Et en plus, le terme affection peut aussi être utilisé dans le cadre d’une maladie ou état de santé? Ou même d’être affecté à un autre poste dans un autre pays étant obligé de quitter l’amour…


L’affection est plutôt un état de bien-être en présence de quelqu’un, comme un agréable attachement sans ressentir un amour directement. Par contre, ce sentiment peut chavirer en amour rapidement, tout à coup, des sentiments peuvent prendre place du type jalousie, ou d’un besoin de revoir la personne très rapidement. Ce type d’amour prendra trop souvent et malheureusement un virage vers un amour «conditionnel». De nous sentir bien par la présence d’une personne, c’est bien et même enivrant, mais de là à créer des scénarios de jalousie… C’est peut-être que nous avons en nous certaines carences, dans lesquelles nous nous gavons à travers l’autre personne ? Et si l’autre personne se trouve être du type dépendant affectif, le match est parfait. Le ring du narcissisme est en place, il restera à savoir combien de rounds nous allons tenir avant de nous lancer la vaisselle, ensuite la serviette, ou de tomber knock-out.


L’amour, il peut aussi se retrouver via l’affection et l’attachement. Il peut aussi provenir d’une vie antérieure où nous avons dû être séparé d’un être aimé ou de l’âme de celui-ci, et que cette réunion d’âme à âme se reproduit à nouveau par l’attachement justement. Vous savez ce moment où l’on rencontre une personne inconnue et l’on se dit : je connais cette personne mais d'où? La question que l’on devrait se poser n’est pas d'où, mais plutôt de quand?


Certains vont dire «flammes jumelles», d’autres «âmes sœurs». Peu importe qui l’emporte, l’important c’est de vivre ces moments présents, et de se permettre de s’ouvrir aux potentialités que l’univers trame pour nous dans nos existences. Ce qui importe aussi est de développer et manifester notre gratitude pour ces moments, de façon à créer d’autres coïncidences dans le temps, ce que l’on nomme des synchronicités …

Marcel Boyer - massothérapeute - emotionreset.com - Montérégie - Québec - le 9 avril 2022

********

L’amour fait éclore l’amour !


Qu’est-ce que ça veut dire ?

Lorsque je ressens et reçois de l’amour, tout vibre à l’intérieur de moi. Il se manifeste et s’exprime en tout et pour tout.


Pour tout être humain, la vie commence par un spermatozoïde victorieux d’un combat avec des millions de ses semblables. L’amour entre deux personnes au début de leur rencontre, virtuellement ou pas, est de dimension du spermatozoïde et cet amour doit faire face à bien des adversaires. Cela peut être un ami, un parent, un collègue, la distance, le temps et même une pandémie. Nous pouvons imaginer qu’ils peuvent être nombreux. Parfois, l’ennemi à l’amour que l’on ressent est nous-même.


Plus l’amour gagne ses combats, plus il grandit et prend forme. Lorsque l’on entretient et nourrit bien cet amour, il demeure en santé et se développe à l’infini. Comme le spermatozoïde, il devient grand et beau. Il ne faut pas avoir peur de lui, il ne fait que du bien.


Personnellement, lorsque je suis en amour, tout autour de moi devient amour, la nourriture que je prépare, la photo que je prends, mon élan au golf, l’entretien de mon appartement, la lessive pour mes vêtements et la marche que j’entreprends. Je deviens une machine à aimer et demande à la vie les plus belles façons de l’offrir, à moi, aux autres et à mon amoureuse.


Avec mon amoureuse au début, je nous vois au niveau des spermatozoïdes. Nous laissons grandir l’amour malgré les obstacles et pourrons être gagnants.


Denis Thibault - représentant - ecocuisinedesign.com - pas encore retraité - Saint-Hyacinthe - natif de la Gaspésie - le 9 novembre 2021

********

Je serai là

Inquiet de la vague

Abasourdi je divague

Encore s’inquiéter

Ça va passer

Demain un jour bleu

Sans nuage capricieux

Un rendez-vous coquin

Peut-être enfin

Enfin pas trop tôt

Échappant à mes maux

J’irai quelque part

Au hasard

Inquiet du destin

Au bonheur incertain

Un peu de lumière

À ma fenêtre

Quand tout sera fini

Enfin sorti du nid

Où j’étais si las

Je serai là

Claude Pelletier de l'Alliance Culturelle (Ahuntsic) - un de ses premiers textes - le 28 mai 2021

********