L'écriture en folie

Voici un exercice d'Écriture en folie proposé par Lise Houle

 le 17 mai 2024

L' odeur

Consignes

Écrire le texte au je - 1 personnage


Phrases de début:  L'odeur me levait tellement le coeur...


Mots obligatoires : musique - trafic - pression - histoire - latin


Longueur du texte : 300 mots maximum


Surtout n'oubliez pas de donner un titre autre 


Bonne inspiration et bon exercice de création

Quand ça pue, ça pue!

 

 L’odeur me levait tellement le coeur en cet après-midi de printemps que j’ai mis de la pression pour que mon compagnon éloigne de moi le bac à compost, ce bac pourtant si utile de nos jours. Nous avions mangé avec délice du homard la veille et les restes dégageaient cette odeur pestilentielle. Je n’en pouvais plus, quelle histoire, ça devenait comme une agression!

 

Sans vouloir faire une tempête dans un verre d’eau, je lui dis : je m’en vais magasiner, ou plutôt faire du shopping comme dirait une de mes voisines, un peu prétentieuse. Ma foi, il y a de quoi en perdre son latin je trouve.

 

 Il faut dire que les odeurs, dans ma vie personnelle, prennent une grande importance. J’adore toutes les bonnes, fleurs, soupe, parfums de tout acabit, le linge qui rentre de dehors etc.  Je sens même ma bière avant de la boire et mes livres avant de les lire, c’est tout dire!

 

Mais quand ça pue, ça pue!

 

Je me rappelle, un dimanche matin, alors qu’on s’apprêtait à aller à la messe, mon père m’avait demandé ce que j’avais sur les lèvres « Eh bien, lui dis-je, plutôt insultée, c’est mon nouveau rouge à lèvres Revlon! » C’était une couleur dernier cri (rose très pâle à cette époque), je le trouvais beau et, surtout, il sentait bon! Je n’ai d’ailleurs qu’à respirer ce parfum pour instantanément me retrouver devant mon père, près de l’auto ce dimanche-là! Quel pouvoir que celui de l’odorat!

 

Donc, pour revenir à nos moutons ça sentait le diable et j’ai décidé tout de go d’aller m’étourdir dans le trafic en mettant au boutte la musique!

 

Hélène Landreville – retraitée du monde médical – Brossard – Québec – Canada – le 29 mai 2024

********

L’odeur, un haut-le-cœur

 

L’odeur me levait tellement le cœur. Les gaz d’échappement m’intoxiquaient en ce jour de grand trafic. De retour d’un pont de 4 jours, j’ai eu la chouette idée de vouloir visiter la Baule, ses plages… Je n’avais pas pensé aux farandoles de voitures… cul à cul…

Même la musique ne parvenait pas à m’apaiser, je bouillonnais, me mettant tout seul une pression de malade. Pourtant j’avais le temps, personne ne m’attendait, même pas d’animaux de compagnie... J’avance tel l’escargot, centimètre par centimètre. Par chance, je suis seul maître à bord… Pas de femme, ni d’enfants pour ajouter une pièce au juke-box et créer des histoires à n’en plus finir… Je plains ces familles à la queue leu leu perdant leur latin n’espérant qu’une seule chose rentrer à bon port enfin ! c’est bien les weekends prolongés pour lever le pied.

 

©Gaëlle – Bernadette Lavisse auteure poète écrivaine biographe Hauts de France 62 – le 20 mai  2024

********